Steve Jobs : Le Biopic impossible ?

2min
Steve-Jobs.jpg

C’est en effet la question que l’on peut se poser. Après un premier film avec un Ashton Kutsher très peu convainquant dans la peau du fondateur d’Apple, un nouveau projet est sur les rails depuis 2011. Mais malheureusement, la seule harmonie autour de ce projet semble être celle qui ne va pas vers sa concrétisation.

Revenons 3 ans en arrière, Steve Jobs nous quittait et les Studios Sony s’empressait d’acheter les droits en vue d’un futur film. Dès le départ, le nom de David Fincher est rattaché au projet. Mais, sans aucune raison apparente, le cinéaste réalisateur de Fight Club ou plus récemment de Gone Girl quitte le biopic après seulement quelques semaines. Également, Leonardo DiCaprio, qui devait incarné Steve Jobs, se désiste mais pour privilégier sa lutte en faveur de l’écologie.

Devant cette suite de désistement, la production se lance à la recherche d’un nouvel acteur et réalisateur. Le nom de Danny Boyle est alors annoncé pour être à la tête du projet. De même, Sony avance que c’est Christian Bale qui tiendra le rôle principal du film. Les noms ne s’arrêtent alors plus : Seth Rogen, Jessica Chastain … Tout semble enfin bien reparti.

Seulement voilà, Christian Bale lâche subitement le projet sans aucune raison apparente également. Le projet retombe donc en suspend. Sony essaye aujourd’hui de démarcher l’acteur Michael Fassbender pour le remplacer, mais entre les tournages d’Assassin’s Creed, X-men Apocalypse et Macbeth avec Marion cotillard, l’agenda de l’acteur semble d’hors et déjà beaucoup trop charger pour que celui-ci accepte le rôle. Danny Boyle quittera-t-il le projet à son tour devant tant de désistement ? Là encore c’est une question sans réponse …

Cette situation n’est pas sans rappeler le mythe autour du film Don Quichotte Terry Gilliam. Reporté depuis des années maintenant, le film semble ne jamais vouloir voir le jour … Même si la concrétisation semble proche (avant de s’arrêter une nouvelle fois ?).

Quoi qu’il en soit le projet semble de nouveau au point mort, et la notion de film maudit est donc de nouveau au goût du jour.