Les Minions : un très-bon avant-Gru

5min
les-minions-film.jpeg

Annoncé en 2012 puis confirmé sous-forme de clin d’œil pendant le générique de « Moi, Moche et Méchant 2 », il y a maintenant deux ans, le voici enfin, attendu par des milliers, que dis-je, des millions de fans à travers le monde, j’ai nommé « Les Minions », le film ! Au programme de cette nouvelle comédie d’animation franco-américaine : découvrir qui sont réellement les Minions, d’où ils viennent, et ce qu’ils faisaient avant de travailler pour le super-méchant Gru ! Préparez vos abdos, ça envoie du lourd !

Une suite de ‘Moi, Moche et Méchant’

Allez, pour les plus amnésiques d’entre vous (ou simplement ceux qui n’auraient pas vu « Moi, Moche et Méchant » et sa suite), les Minions, ce sont ces maladroites mais attachantes petites créatures jaunes en salopettes bleues vouant un culte à Gru, le plus grand méchant du monde, et dont l’existence ne se résume qu’à le servir (bénévolement, nous dit-on), et à dévaster régulièrement son laboratoire diabolique (involontairement, nous dit-on). Fort bien, mais avant ? Gru (que l’on considèrera comme vaguement humain d’un point de vue biologique) n’a pas toujours été là… Quid des Minions, donc ? C’est ce que ce nouveau film va tenter de nous faire découvrir, à travers une passionnante chronologie des Minions dans l’histoire, jusque dans les années 60…

Analyse du film

Et c’est à Bryan Lynch (scénariste du « Chat Potté », en 2011) que l’on doit l’écriture de ce nouveau long-métrage, que vous trouverez probablement plus léger que les deux « Moi, Moche et Méchant ». On est vraiment ici dans du pur divertissement, et il n’est pas question d’assombrir le tableau avec des questions sur l’opposition bien/mal, ou sur les valeurs familiales (fussent-elles simplement évoquées, et de manière enfantine). Bien que le film manque donc un peu de la profondeur qui font les plus grands films d’animation (et les plus grands films tout court), il a au moins le mérite de ne pas s’encombrer de thèmes inutiles et d’enchaîner les gags à toute berzingue dans le but de nous faire nous bidonner comme des Minions eux-mêmes devant vidéo gag.

Et ça marche ! Porté par un rythme survolté (après une intro presque entièrement dévoilée dans la bande-annonce, malheureusement), le film ne ralentit jamais, et fait preuve d’une inventivité dans l’humour complètement effarante ! Les caricatures diverses et variées sont aussi exagérées qu’hilarantes (la reine d’Angleterre est juste parfaite), tandis que le film est sans cesse ponctué de références culturelles très drôles, le tout permettant de faire adorer ce film aussi bien des petits que des grands!

Les Minions, de leur côtés, enchaînent maladresses sur maladresses et nous offrent des séquences d’actions inédites et rebondissantes (dans tous les sens du terme). On en profite au passage pour saluer la performance du français Pierre Coffin, co-réalisateur du film mais aussi LA voix des Minions (voix sans laquelle ce film n’aurait probablement jamais vu le jour), Pierre Coffin en charge dans ce film des couinements et autres baragouinages de TOUS les petits monstres jaunes. On vous laisse imaginer le boulot.

A la technique, on retrouve Kyle Balda en tant que co-réalisateur (il était réalisateur du « Lorax », en 2012) en binôme, donc, avec Pierre Coffin. Il remplace Chris Renaud qui co-réalisait les « Moi, Moche et Méchant », et qui rejoint l’équipe de production des deux premiers films. On reste en famille donc, et si certains chefs de postes ont pu changer, l’esthétique et la technique du film reste extrêmement proche de celle de deux précédents, c’est-à-dire d’excellente facture. Pas de surprise de ce côté-là, mais toujours un grand bravo à la société de production Illumination Mac Guff qui, bien que rachetée par Universal Pictures en 2011, reste bourrée de talents franco-français, sans qui se film n’existerait pas.

Par contre, « Les Minions » fait preuve d’une personnalité musicale recherchée et originale, bien plus encore que les films sur Gru ! Entre la reprise d’œuvres populaires ou classiques (Wagner, Prokofiev, oui oui), un tribute aux Beatles tout au long du film, et j’en passe, pas d’inquiétude, nos oreilles n’ont pas le temps de s’ennuyer !

En bref, un film de gags à regarder entre amis ou en famille, avec l’immense plaisir de retrouver des créatures qu’on adore et dont on ne se lasse pas ! Un autre ?

Ma note personnelle : 8/10

Vous pouvez retrouver la bande annonce du film Les Minions ici