Au Bout Des Labels – Black Lips

3min
Black-Lips.jpg

Bonne nouvelle pour les fans de gros Rock Garage. Ceux qui en ont marre de cette Électro-Pop qui envahit les ondes et les salles de concerts. Ceux qui veulent retrouver cette ambiance live animale créée par les pogos sans que la dignité réticente de certain s’exaspère devant cette horde de Rockeurs en délire. Ceux qui veulent se lâcher en toute impunité, en fin de compte. Les Black Lips sont de retour et leur musique a repris un virage résolument Rock Garage parsemé de quelques touches de Rock Sudiste et de Blues.

 

Plus de trois ans après leur dernier album Arabia Mountain qui s’avérait plus sage, plus pop, plus propre que les précédents, les rockeurs d’Atlanta sortent leur septième album studio Underneath The Rainbow sur le label indépendant Vice Records. En mettant Patrick Carney, le batteur des Black Keys, à la production, les Black Lips s’assurent un bon son Rock Garage, presque sudiste. Ceux qui avaient reproché à Arabia Mountain d’être trop lisse et pas assez dans la veine des premiers albums seront heureux d’apprendre qu’on peut donner bien des qualificatifs au son de Underneath The Rainbow mais certainement pas lisse. Et, en plus, il est éclectique.

 

L’album passe de sons Rock Sixties (« Drive-By Buddy », « Make Me Mine ») à d’autres plus psychédéliques (« Funny ») tout en restant fidèle aux sons des débuts (« Justice After All »). Les Black Lips se permettent même de rendre un hommage au grand groupe Lynyrd Skynyrd, pionnier du Rock Sudiste qui a perdu la moitié de ses membres lors d’un accident d’avion en se rendant à un concert, avec le titre « Boys In The Wood ». Décidément, les quatre d’Atlanta sont pleins de ressources.

 

Parler de l’album c’est bien beau, mais parler des Black Lips sans évoquer les concerts qui suivront la sortie de l’album n’est même pas envisageable. Car c’est bien pour cela qu’on attendait avec impatience le retour de ces rockeurs. Surtout après la déclaration qu’ils ont fait : “Considérant l’effet puissant des odeurs sur les émotions et la mémoire, le groupe a travaillé avec une équipe de scientifiques olfactifs pour produire une senteur spécifique au groupe qui sera disséminée pendant la durée de leur set, et qui évoquera l’océan, le cèdre, la lune, le denim, l’encre de seiche, le feu, et la semence (mais seulement si l’homme s’est nourri de prunes fraîches pendant une semaine), entre autres arômes.

 

 

Le retour des Black Lips, tant attendu, ne déçoit pas. Il enchante, même. Enfin, on va pouvoir retrouver l’insouciance enchanteresse des concerts Rock Garage. Et le tout parfumé. Juste le temps d’enfiler une tenue Rock qui ne tâche pas, de préparer ses oreilles aux saturations des guitares et aux cris émanant de la fosse, et nous voilà paré pour aller écraser la révolution Électro-Pop à coup de pogos.